cardia gastrique et fundus, cardia gastrique et fundus.

cardia gastrique et fundus, cardia gastrique et fundus._1

Estomac

Estomac

INTRODUCTION

Les fonctions de l’estomac pour stocker la nourriture et commencer le processus de digestion. Il peut être divisé physiologiquement, anatomiquement et endoscopically. En entrant dans l’estomac, on regarde directement vers la grande courbure et rencontre le rugae gastrique. Sur près, la muqueuse a un motif de mosaïque subtile, représentant le gastricae de areae. Tout processus provoquant œdème de la muqueuse va accentuer cette tendance. plis gastriques devraient aplatir en pleine insufflation. Le angularis incisure (notch gastrique), situé sur la courbure distale moindre, est un jalon important qui aide à différencier le corps de l’estomac de l’antre et est un lieu commun pour l’ulcération gastrique bénigne. Sans surprise, étant donné les différences histologiques, la muqueuse antrale apparaît endoscopically différent du corps gastrique.

Les troubles inflammatoires sont des troubles gastriques les plus courants rencontrés par les endoscopistes. Comme toute anomalie endoscopique, les ulcères gastriques devraient être caractérisées à fond, en notant l’emplacement, la taille et l’apparence, parce que ces caractéristiques donnent des informations importantes sur la probabilité de néoplasme. De même, une meilleure résolution avec les systèmes d’endoscope nouveaux a augmenté la sensibilité pour la détection endoscopique de gastrite histologique. Helicobacter pylori gastrite peut être suspectée au moment de l’endoscopie, bien que le diagnostic définitif nécessite une confirmation, étant donné que les «anomalies endoscopiques» peuvent représenter des résultats normaux, et inversement, une apparence endoscopique normale peuvent ne pas représenter une histologie normale.

UNE, Le fundus gastrique est bien rempli de baryum, offrant une vue de contraste de l’air du corps, antrum et bulbe duodénal. Normal-apparaissant rugae gastrique sont vus dans le corps proximal. Les muqueuses antraux et duodénaux sont lisses. Barium pénètre dans la seconde partie du duodénum.

B, Barium remplit le corps de l’estomac et de l’antre, montrant le contour normal. Un point de vue du contraste de l’air du fundus gastrique est indiquée. Le duodénum distal et le jéjunum proximal sont inférieurs au corps gastrique.

C, Comme le tube endoscopique pénètre dans l’estomac, la grande courbure est sur la gauche et la petite courbure à droite, avec le angularis (à savoir incisura angularis) dans la distance. rugae gastriques sont plus importants sur la plus grande que la petite courbure (C1). rugae-apparence normale sont visibles dans le corps distal, l’extension au niveau de la angularis (C2). La muqueuse antrale est lisse, et le pylore est dans la distance (C3). La pointe de l’endoscope est élevé, et le champ est tourné légèrement vers la gauche, en identifiant le pylore et angularis, avec l’endoscope vu plus haut (C4).

Figure 3.1 ANATOMIE NORMALE

RÉ, L’endoscope est retiré au niveau de la angularis. La petite courbure forme le mur de droite et la grande courbure de la paroi gauche. Les rugae gastriques sont plus importants sur le mur gauche (D1). Avec en outre le retrait de l’endoscope, de petites rugosités sont visibles sur la petite courbure (D2). rugae Plus importants sont sur le mur opposé (plus de courbure) avec l’endoscope tourné vers la gauche (D3). Avec encore le retrait de l’endoscope, le fond et le cardia sont représentés. Fundus n’a pas rugosités, et les vaisseaux sanguins sont présents. Un petit rebord de la muqueuse gastrique (cardia) peut être vu entourant l’endoscope (D4).

Figure 3.2 Antéropostérieure RELATION

Avec le patient en décubitus dorsal, indentation de la paroi antérieure documente la relation antérieure-postérieure de la angularis.

Figure 3.3 areae GASTRICAE

UNE, Ce motif peut être vu chez des individus sains ou peut être associé à une gastrite. Endoscopiquement, le modèle ne peut pas être aussi bien apprécié comme une étude de baryum. B, Le gastricae de areae normale comme on le voit sous l’eau. La clarté est améliorée lorsque les structures sont vues sous-marine.

Figure 3.4 HISTOLOGIE GASTRIQUE

UNE, L’histologie normale du corps gastrique est démontrée. L’épithélium de surface fovéolaire est représentée. Les structures plus profondes représentent les glandes fundiques. L’orientation verticale des glandes est évidente. B, La muqueuse antrale normale est composé de fosses profondes bordées par un épithélium fovéolaire. glandes mucine productrices sont présents.

Figure 3.5 GASTRIQUE BODY-Antrum DÉMARCATION

UN B, La muqueuse gastrique change souvent en apparence près des angularis, en association avec le changement histopathologique. Ce changement peut être plus frappant chez les patients souffrant de gastrite associée.

Figure 3.6HELICOBACTER PYLORI GASTRITE

Doux résultats de la gastrite superficielle dans l’érythème et l’importance de l’gastricae de areae (comme on le voit sous l’eau).

Figure 3.7 FOCAL HELICOBACTER PYLORI GASTRITE

Des plaques d’inflammation dans le corps de l’estomac proximal sont bien délimitées par la muqueuse atrophique environnante.

Figure 3.8HELICOBACTER PYLORI GASTRITE

UNE, Plusieurs défauts de remplissage nodulaires et proéminence de la gastricae de areae dans le corps gastrique. Ce modèle peut représenter une inflammation ou une tumeur infiltrant. B, nodularity Diffuse, avec la muqueuse normale sus-jacente.

Figure 3.13HELICOBACTER PYLORI GASTRITE

Le gastricae de areae sont de premier plan et il y a une hémorragie sous-épithéliale associée.

Figure 3.14HELICOBACTER PYLORI GASTRITE AVEC CICATRICES

Étape finale H. pylori gastrite, avec l’atrophie et la preuve de la cicatrisation avant, avec des «fantômes» de blessures avant de la muqueuse considérés comme des zones linéaires de cicatrisation avec entourant une hémorragie sous-épithéliale et de l’œdème.

Figure 3.15 gastrite lymphocytaire

UNE, érosions multiples du corps gastrique. B, lésions polypoïdes Plusieurs petites impliquant principalement le corps gastrique. C, nodularity Diffuse de l’extrémité distale (C1) et proximale (C2) estomac.

D1, Conservé l’architecture avec une apparence de gastrite chronique. D2, Close-up montre une infiltration diffuse de lymphocytes dans la muqueuse.

Figure 3.16 CHIMIQUE GASTRITE

zone focale de l’oedème avec exsudat dans le corps gastrique. Les biopsies ont montré une légère inflammation avec hyperplasie fovéolaire. Le fer était également présent dans l’échantillon. Ces résultats suggèrent gastropathie induite par des pilules, dans ce cas, le fer.

Figure 3.17 ATROPHIE GASTRIQUE

UNE, Le résultat de longue date fin Helicobacter pylori gastrite est une atrophie. Les rugae gastriques sont complètement absents, avec des vaisseaux sanguins facilement visibles dans tout le corps de l’estomac et de l’antre. B, imagerie bande étroite met en évidence la vascularisation sous-jacent.

C, atrophie gastrique et la gastrite chronique.

Figure 3.18 INTESTINAL METAPLASIE

UNE, Focal plaquelike blanc lésion de l’antre. B, Plusieurs lésions plaquelike blanches de l’antre. C1, C2, Plusieurs lésions plaquelike blanches avec une apparence verruqueuse dans l’antre gastrique. A noter que la muqueuse gastrique environnant est relativement atrophique.

RÉ, De nombreuses cellules caliciformes sont présents, ce qui confirme le diagnostic.

Figure 3.18 INTESTINAL METAPLASIE INTESTINAL METAPLASIE PATHOLOGIE

E, métaplasie intestinale vu par tomographie par cohérence optique. F, Les cellules caliciformes tache et bordure en brosse sont visibles (flèches rouges indiquer la bordure en brosse; flèches jaunes indiquer les cellules caliciformes).

G, Périodique acide tache-Schiff met en évidence les cellules caliciformes. (F courtoisie Cristian Gheorge, MD.)

Figure 3.19 ANÉMIE PERNICIEUSE

UNE, atrophie gastrique marquée avec des plis Rugal absents et vascularisation de premier plan. B, Plusieurs petits polypes dans le corps proximal et fundus, qui étaient sur la biopsie des tumeurs carcinoïdes.

C1, Petit, élevé, donutlike lésions dans le corps gastrique. C2, Apparence sur l’imagerie à bande étroite.

D1, D2, Petit polype sur un fond de l’atrophie gastrique.

E1, E2, Apparence sur l’imagerie à bande étroite. Ces lésions étaient de petites tumeurs carcinoïdes.

Figure 3.19 ANÉMIE PERNICIEUSE

F, G, La muqueuse est atrophique avec une diminution ou absente pariétal et les cellules principales, ainsi que la présence de la métaplasie intestinale.

H, À vue de faible puissance, une tumeur microcarcinoid est montré. JE, les cellules entérochromaffines sont visibles dans la muqueuse.

J, Chromogranin coloration met en évidence la tumeur neuroendocrine.

K, Chromogranin coloration met en évidence la tumeur neuroendocrine. L, une hyperplasie des cellules entérochromaffines / dysplasie à la base de la glande (Flèche bleue).

Figure 3.20 SYPHILIS

UNE, Grande ulcération gastrique, avec rugae irréguliers importants rayonnants à la lésion.

B, Ulcération de forme irrégulière sur la angularis, avec nodulaire de la jante de l’ulcère.

Figure 3.20 SYPHILIS

C, inflammation chronique sévère composé principalement de cellules plasmatiques. Un infiltrat plasmocytaire important chez un patient avec la syphilis sérologie positive est évocatrice d’une infection gastrique. RÉ, Argent tache pour spirochètes démontre plusieurs organismes.

E, lésions Hyperpigmented sur les mains (E1) et les pieds (E2) sont typiques de la syphilis secondaire.

Figure 3.21 FOCAL CYTOMÉGALOVIRUS GASTRITE

round multiple, érythémateuse, a soulevé des lésions dans le corps de l’estomac et de l’antre. Le reste de l’antre et du corps est normal.

Figure 3,22 Cytomégalovirus (CMV) GASTRITE

UNE, hémorragie sous-épithéliale Ciel dans la zone peripyloric. B, Plusieurs domaines d’intervention d’hémorragie sous-épithéliale dans un modèle de «halo».

C1, De nombreuses inclusions typiques pour le CMV. C2, High-puissance montre de nombreuses inclusions intranucléaires.

Figure 3.23 DIFFUSER SEVERE CYTOMÉGALOVIRUS GASTRITE

UNE, La paroi de l’estomac est nettement épaissi, avec des zones hypodenses suggérant une nécrose. B, vue Retroflex démontre nodularity et une hémorragie sous-épithélial. ulcération Diffuse est visible sur la courbe inférieure.

C1, oedème marqué et l’hémorragie sont présents dans la lamina propria. L’œdème prononcé produit le modèle de gastricae de nodularity et areae frappante. C2, Plusieurs inclusions intranucléaires caractéristique de cytomegalovirus effet cytopathique.

Figure 3.24 CYTOMÉGALOVIRUS ULCER

Eh bien circonscrite, l’ulcère de nettoyage basée dans l’antre postérieur. La muqueuse environnante est normal.

Figure 3.25 CYTOMÉGALOVIRUS ANTRAL ULCER

Grand, ulcère profond. Le pylore est vu en haut à gauche, indiquant la profondeur de la lésion.

Figure 3.26Mycobacterium avium GASTRITE COMPLEXE

Diffuse gastrite, avec hémorragies pétéchiales et un bien circonscrite, petite lésion nodulaire avec une érosion centrale.

Figure 3.27 GASTRIQUE mucormycose

UNE, L’érosion et l’exsudat de l’antre gastrique avec une teinte foncée à la muqueuse. Un tube d’alimentation est présente.

B1, B2, formes fongiques multiples dans la sous-muqueuse.

Figure 3.28 anisakiase

larve unique entrant dans la muqueuse gastrique avec zone focale du vieux saignement (UNE) ou d’une hémorragie sous-épithéliale (B). C, La larve est retiré avec une pince à biopsie (C1, C2).

Figure 3.29 GASTRITE sarcoïdose

UNE, épaississement marqué du corps gastrique et antrum. nœuds rétropéritonéale multiples sont présents. Plénitude le long de la marge latérale de la tête du pancréas et de la partie rétrocave du rétropéritoine suggère adénopathie.

Figure 3.29 GASTRITE sarcoïdose

B, érosions multiples, certains ayant une apparence stellaire inhabituelle, dans le corps de l’estomac (B1), angularis et petite courbure proximale (B2), et antrum (B3, B4). Le antrum a une coloration jaune-orange et une apparence marbrée; la muqueuse est friable.

C, Granulome non caséeux dans la lamina propria. Des colorations spéciales pour d’autres causes de gastrite granulomateuse, y compris des mycobactéries et des organismes fongiques, ont été négatifs.

Figure 3.30 GASTRITE sarcoïdose

UNE, Nodulaire fois un épaississement de l’antre gastrique, bulbe duodénal et postbulbar duodénum. B, épaississement marqué de la paroi gastrique. C, nodularity marquée et l’épaississement des plis dans le corps gastrique. RÉ, lésions nodulaires dans l’antre gastrique. E, L’épaississement de la paroi gastrique est limitée à la couche muqueuse par ultrasonographie endoscopique.

tumeur métastatique résultant en linite plastique

Figure 3.31 GASTROPATHIE ALCOOL INDUITE

UNE, Les rugae gastriques sont oedémateux, avec du sang frais vu sous la surface de la muqueuse; la muqueuse sus-jacente est lisse. B, Une bande proéminente de hématies épanché est présent, associé à un œdème de la lamina propria. Aucune preuve histologique de gastrite est présent.

Figure 3.32 GASTROPATHIE de ASPIRIN INDUITE

UNE, Plusieurs hémorragies pétéchiales dispersés, avec apparence normale muqueuse intervenant. B, hémorragie sous-épithélial est présent sans un processus inflammatoire associé.

Figure 3.33 GASTROPATHIE de ASPIRIN INDUITE

Plusieurs zones d’hémorragie fraîche dans le corps gastrique distal et de l’antre.

Figure 3.34 Médicament anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) induite par EROSION GASTROPATHIE

érosions linéaires multiples entourées d’un halo d’érythème dans l’antre, avec muqueuse intermédiaires normales. la maladie Antral est l’endroit typique pour des blessures induites par les AINS.

Figure 3.35 Médicament anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) induite par GASTROPATHIE

UN B, Plusieurs petites érosions antrales avec halos érythémateuses.

Figure 3.36 Gastropathie d’hypertension portale

UNE, Une maladie bénigne se manifeste par la proéminence de l’gastricae de areae, avec des zones d’érythème et d’une hémorragie sous-épithélial. Cette apparence est pas pathognomonique mais peut être noté avec d’autres troubles induisant un œdème muqueux, tels que Helicobacter pylori gastrite. B, proéminence marquée de l’gastricae de areae. C, gastropathie sévère avec hémorragie sous-épithéliale diffuse dans un motif peau de serpent. RÉ, œdème Prominent de la lamina propria avec plusieurs vaisseaux sanguins congestionnés. Aucune preuve histologique de gastrite est vu.

Figure 3.37 Purpura thrombocytopénique thrombotique

Plusieurs zones d’hémorragie sous-épithéliale à travers le corps de l’estomac.

Figure 3.38 Nasogastrique TUBE TRAUMA

UNE, , des lésions hémorragiques multiples bien circonscrites étendant vers le bas du corps de l’estomac à l’antre. B, La couleur rougeâtre ressemble ectasies. C, Avec la progression, érosions peut entraîner, puis ulcères finalement (RÉ).

Figure 3.39 MALADIE DU GREFFON CONTRE L’HÔTE

UNE, Normal-apparaissant antre gastrique. Biopsies a confirmé une maladie bénigne du greffon contre l’hôte. La muqueuse peut apparaître normale dans une maladie bénigne, soulignant l’importance des biopsies muqueuses. B, érythème marqué du corps gastrique avec de multiples érosions. C, Desquamation de la muqueuse antrale laissant un aspect érythémateux brillant.

Figure 3.40 TEAR GASTRIQUE

Cette larme fraîche produite pendant l’endoscopie chez un patient avec une atrophie gastrique prononcée. Cela pourrait se produire de l’endoscope, en plus de l’insufflation de l’air et des nausées.

Figure 3.41 GASTRIQUE MALLORY-WEISS TEAR

UNE, Tear commence distale à la gastroesophageal (GE) jonction. B, Notez l’étendue de la lésion de la petite courbure vers le bas.

Figure 3.42 PURGE GASTRIQUE MALLORY-WEISS TEAR

UNE, vue Retroflex montre saignement actif d’une lésion linéaire juste en aval de la jonction GE. B, les résultats d’injection d’épinéphrine dans blanchissement de la muqueuse. C, Le blanchiment est apparent autour de la déchirure avec hémostase résultante.

Figure 3.42 PURGE GASTRIQUE MALLORY-WEISS TEAR COUPURE D’UN TEAR GASTRIQUE MALLORY-WEISS

D, E, Tear juste au-dessous d’un anneau à la jonction gastro-oesophagien. F, Clips appliqués à la lésion entraînant l’hémostase.

Figure 3.43 CAMERON LESIONS

érosions multiples chevauchent une grande hernie hiatale comme indiqué sur antérograde (A1, A2), et rétrograde (B) vues.

C, Plusieurs lésions sur les plis gastriques, dont l’une a une escarre noire linéaire. zones linéaires multiples d’hémorragie fraîche sur le hiatus diaphragmatique sur antérograde (RÉ) et rétrograde (E) vues.

Figure 3.44 Ulcère gastrique BÉNIGNE

ulcération linéaire du cardia gastrique. La muqueuse environnante est érythémateuse, avec des hémorragies sous-épithéliaux.

Figure 3.45 Ulcère gastrique BÉNIGNE

Ulcère dans le fond avec une apparence élevée.

Figure 3.46 Ulcère gastrique BÉNIGNE

UNE, ulcération le long de la petite courbure du coude en forme. La partie proximale de l’ulcère a contraste de l’air, tandis que la partie distale a baryum mise en commun.

B, La forme de la grande ulcération sur le angularis correspond à la radiographie. ulcérations supplémentaires sont présents antérieurement. taches noires multiples (stigmates d’hémorragie) sont présents dans la base de l’ulcère, malgré l’absence de saignement clinique.

Figure 3.47 Ulcère gastrique BÉNIGNE

UNE, Ulcère sur la angularis saillie à l’écart de la lumière gastrique, ce qui suggère une lésion bénigne. B, Grand ulcère bénin-apparaissant sur le angularis. Exsudat couvre la base. L’ulcère a une apparence symétrique découpée, et pas de plis Rugal anormaux-apparaissant apparaissent autour de la lésion.

Figure 3.48 Ulcère gastrique BÉNIGNE

UNE, Grand ulcère faisant saillie sur la courbe inférieure à la angularis. Un collier de l’ulcère est présent, ce qui suggère une lésion bénigne.

B, Grand, ulcère bien circonscrite sur les angularis vus par rétroflexion. La taille de l’ulcère est évident par comparaison avec la pince à biopsie ouverte (6 mm de largeur). C, Gros plan montre la taille et la profondeur de la lésion. La base a une apparence nodulaire suggestive d’implication des structures environnantes abdominales.

Figure 3.49 Ulcère gastrique BÉNIGNE

ulcère de profondeur modérée bien circonscrit à la angularis. Les frontières sont lisses et l’ulcère est relativement symétrique, qui sont tous des signes évocateurs d’une bénigne par rapport à un ulcère malin.

Figure 3.50 Ulcère gastrique BÉNIGNE

UNE, Bénigne-apparaissant ulcère gastrique tel que démontré par la nature bien circonscrite de la collection de baryum (ulcère), avec de multiples plis lisses rayonnants à l’ulcère. Une lisse, rond, monticule homogène de l’œdème entourant le cratère, avec des plis rayonnants lisses étendant tout le chemin vers le cratère, suggère un ulcère bénin. D’autres signes d’un ulcère bénin comprennent la ligne de Hampton ou un collier d’ulcère et de projection au-delà de la lumière. B, Grand, bien circonscrite ulcération antrale, avec des plis rayonnants à la base de l’ulcère.

Figure 3.51 PERIPYLORIC ULCER

ulcérations circonférentielles entoure le pylore.

Figure 3.52 Ulcère gastrique BÉNIGNE

Petite ulcération prépylorique, avec entourant érythème supérieure et postérieure du pylore. Il y a la cicatrisation de l’estomac vers l’ulcération.

Figure 3.53 Ulcère gastrique BÉNIGNE

Bilieux ulcère peripyloric.

Figure 3.54 ANTRAL ULCER

Eh bien circonscrite, bénignes apparaissant ulcère dans l’antre en avant sur la haute résolution (UNE) et l’imagerie à bande étroite (B).

Figure 3.55 Ulcère gastrique BÉNIGNE

Grande ulcération profonde au pylore (UN B).

Figure 3.56 Ulcère gastrique BÉNIGNE

Grande ulcération avec une apparence amoncelée dans le corps gastrique distal. L’aspect soulevé est inhabituel et suggère une tumeur maligne primaire ou métastatique. Suivi endoscopie après la thérapie a montré la cicatrisation des ulcères.

Figure 3.57 Ulcère gastrique BÉNIGNE

Profonde, bien circonscrite, bénignes apparaissant ulcère du angularis (UNE). Un mois après le traitement de l’ulcère standard, l’ulcération a presque complètement guéri; il y a une petite érosion centrale, déformation, et un érythème diffus et friabilité (B). Après 2 mois de traitement, la guérison complète est visible; friabilité est toujours présent (C). Un mois après l’arrêt du traitement, l’ulcère a récidivé au même endroit et avec des caractéristiques endoscopiques similaires à celles de l’ulcère initial (RÉ).

Figure 3.58 ULCER BÉNIGNE EN POCHE GASTRIQUE

ulcération Hemicircumferential dans une petite poche gastrique après un pontage gastrique.

Figure 3.59 HISTOLOGIE D’UN ULCÈRE BASE

des changements histopathologiques caractéristiques d’une base de l’ulcère, y compris les cellules inflammatoires aiguës et chroniques, la fibroplasie et la néovascularisation. Un examen attentif doit être effectuée pour différencier atypie réactive de néoplasie dans ce domaine.

Figure 3.60 ULCER SCAR

Rétractation de la muqueuse avec des plis rayonnants et érythème typiques pour une zone de grande ulcération préalable.

Figure 3.61 Médicament anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) induite par Ulcères gastriques

UNE, De nombreux ulcères bien circonscrites impliquant le corps gastrique et fundus vu sur rétroflexion. B, Plusieurs ulcérations bien circonscrites de l’antre et pylore. C, ulcère chronique apparaissant Solitary de profondeur modérée sur la paroi postérieure du sinus. Notez la lésion xanthomateuse au pylore. RÉ, Grand, ulcère de forme triangulaire dans l’antre distal.

Figure 3.62 Sténose du pylore CAUSES PAR ULCÈRE

UNE, Exsudat et de l’œdème au niveau du pylore. L’ouverture ne soit pas visible. B, Un ballon a été gonflé à travers l’ulcération. C, Le calibre luminal est maintenant beaucoup améliorée.

Figure 3.63 PURGE ULCÈRE GASTRIQUE

UNE, Grand ulcère gastrique avec une malformation artérielle centrale. Le sang gicle d’une manière pulsatile, caractéristique d’une source de saignement artériel. B, Une sonde de chauffage est appliquée avec une pression ferme sur le défaut, ce qui provoque l’arrêt du saignement. C, Après de multiples impulsions d’énergie et de lavage, le défaut est coagulé, comme représenté par les zones noires. Avec le lavage, la grande taille de l’ulcération est évidente.

Figure 3.64 PURGE ULCÈRE GASTRIQUE

UNE, jet Arterial pulsant d’une zone dans le corps de l’estomac proximal. La sonde de chauffage est à côté de la lésion. B, traitement thermique a ensuite été appliqué à la zone, entraînant une escarre noire et l’hémostase.

Figure 3.65 PURGE ULCÈRE GASTRIQUE

UNE, Grande ulcération avec des saignements frais et un jet pulsé activement. B, Épinéphrine a été injectée et la sonde de chauffage utilisé pour l’ablation de la zone, ce qui entraîne un grand escarre (C). Maintenant que le saignement a cessé, l’étendue de l’ulcère peut être identifié (RÉ).

Figure 3.66 ULCÈRE GASTRIQUE AVEC NAVIRE VISIBLE

UNE, Grand ulcère du angularis avec centrale a augmenté lésion. B, charnue vaisseau visible au centre de l’ulcère.

Figure 3.67 ULCÈRE GASTRIQUE AVEC NAVIRE VISIBLE

UNE, projection Nipple comme émanant d’un petit défaut de la muqueuse. B, projection du mamelon comme charnue d’une ulcération superficielle. C1, ulcère linéaire avec zone surélevée avec revêtement rougeâtre. C2, Après le traitement thermique, le navire a été effacé, laissant une escarre noire avec la profondeur. D1, projection du mamelon comme foncé du corps gastrique. D2,

Acheter un abonnement pour Gastroenterology and Hepatology Catégorie de continuer à lire. En savoir plus ici

RELATED POSTS

  • muqueuse gastrique, du cardia gastrique et fundus.

    Muqueuse gastrique Introduction: la muqueuse gastrique Description de la muqueuse gastrique Muqueuse gastrique . épithélium de surface dans l’estomac qui invagine dans la lamina propria,…

  • L’érosion gastrique, érosions dans l’antre.

    érosion gastrique L’érosion gastrique est une ulcération mineure de la muqueuse gastrique. Une inflammation localisée ou une ulcération mineure de la muqueuse de l’estomac. l’érosion gastrique…

  • Gastrite et Ulcère gastrique, comprimés pour gastrite.

    Gastrite et Ulcère gastrique Gastrite La gastrite est pas une seule maladie. Il est, en effet, le résultat final de divers types de lésions dans l’estomac. Causes de gastritisare comme suit:…

  • cardia gastrique et fundus, cardia gastrique et fundus.

    Fond Descriptions de Fundus Fond: (Anatomie) la base d’un organe creux ou la partie la plus éloignée de son ouverture; le fond de l’utérus Source: WordNet 2.1 Fond . Terme général pour la…

  • GASTRITE ET CANCER GASTRIQUE Western …

    GASTRITE ET CANCER GASTRIQUE. Pays de l’Ouest gastrite atrophique et la métaplasie intestinale sont bien acceptées conditions précancéreuses pour le cancer gastrique, à l’exclusion des cancers…

  • Diagnostic et gestion des gastrique …

    Diagnostic et gestion des ectasie vasculaire antrale gastrique Lorenzo Fuccio, Liboria Laterza, Leonardo Henry Eusebi, Franco Bazzoli, Département de médecine clinique, Hôpital universitaire…

Laisser un commentaire