la dermatite atopique féline, la dermatite atopique féline.

la dermatite atopique féline, la dermatite atopique féline.

la dermatite atopique féline. Un modèle pour la participation des cellules de Langerhans dans la pathogenèse de la maladie.

Abstrait

La dermatite atopique est une affection cutanée caractérisée par exanthème comme une conséquence de réactions eczémateuses exagérées à des allergènes topiques et systémiques. Les cellules de Langerhans, exprimant CD1a et HLA-DR, et les cellules dendritiques dermiques, exprimant HLA-DR, sont connus pour être des cellules présentatrices de l’antigène puissantes et on pense qu’ils jouent un rôle important dans la pathogenèse de la dermatite atopique. L’immunophénotypage de la peau lésionnelle dans la dermatite atopique chez l’homme implique un nombre accru de CD1a + / CMH de classe II + cellules dendritiques en plus de cellules T activées, les mastocytes et les macrophages. Pour établir la peau de félin comme un modèle pour l’étude de la dermatite atopique humaine, et d’élucider le rôle des cellules dendritiques dans la dermatite atopique féline, nous avons étudié la présence de CD1a + cellules et du CMH de classe II + cellules de l’épiderme et du derme de la peau féline lésionnelle et dans la peau des animaux témoins sains. L’immunohistochimie a révélé que le CMH de classe II + cellules dendritiques épidermiques étaient CD1a + dans la peau de félin normale et augmenté de manière significative le nombre de CD1a + cellules et du CMH de classe II + cellules étaient présentes dans l’épiderme et le derme de la peau lésionnelle. Ces données fournissent la première documentation corrélative d’expression CD1a par les cellules dendritiques félins contenant des granules de Birbeck, et indiquent l’utilité de la peau féline dans l’étude de l’atopie cutanée humaine.

Texte intégral

Le texte intégral est disponible en tant que copie scannée de la version imprimée originale. Obtenez une copie imprimable (fichier PDF) de la article complet (1,9M), ou cliquez sur une image de la page ci-dessous pour parcourir page par page. Liens vers PubMed sont également disponibles pour Références choisies .

Images dans cet article

Figure 1
sur p.929

Figure 2
sur P.930

Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Références choisies

Ces références sont dans PubMed. Cela peut ne pas être la liste complète des références de cet article.
  • Fokkens WJ, Bruijnzeel-Koomen CA, Vroom TM, Rijntjes E, Hoefsmit CE, Mudde GC, Bruijnzeel PL. La cellule de Langerhans: une cellule sous-estimée dans la maladie atopique. Clin Exp Allergy. 1990 novembre; 20 (6): 627-638. [PubMed]
  • Leung DY, Schneeberger EE, RP Siraganian, Geha RS, Bhan AK. La présence d’IgE sur les macrophages et les cellules dendritiques qui infiltrent dans la lésion de la peau de la dermatite atopique. Clin Immunol Immunopathol. 1987 Mar; 42 (3): 328-337. [PubMed]
  • Najem N, cellules Hull D. Langerhans dans des réactions cutanées tardives aux allergènes inhalés dans la dermatite atopique – une étude au microscope électronique. Clin Exp Dermatol. 1989 May; 14 (3): 218-222. [PubMed]
  • Mudde GC, Van Reijsen FC, Boland GJ, de Gast GC, Bruijnzeel PL, Bruijnzeel-Koomen CA. Allergène présentation par les cellules de Langerhans épidermiques à partir de patients atteints de dermatite atopique est médiée par les IgE. Immunologie. 1990 Mar; 69 (3): 335-341. [Article PMC gratuit] [PubMed]
  • Brodsky FM, Guagliardi LE. La biologie cellulaire de traitement de l’antigène et la présentation. Annu Rev Immunol. 1991; 9: 707-744. [PubMed]
  • Wierenga EA, Snoek M, de Groot C, Chr&# 233; tien I, Bos JD, Jansen HM, Kapsenberg ML. Preuve de la compartimentation de sous-ensembles fonctionnels de CD2 + lymphocytes T chez les patients atopiques. J Immunol. 1990 15 juin; 144 (12): 4651 à 4656. [PubMed]
  • Parronchi P, Macchia D, Piccinni MP, Biswas P, Simonelli C, Maggi E, Ricci M, Ansari AA, Romagnani S. et allergènes clones de lymphocytes T spécifiques de l’antigène bactériennes établies à partir de donneurs atopiques montrent un profil différent de la production de cytokines. Proc Natl Acad Sci U S A. 1991 15 mai; 88 (10): 4538-4542. [Article PMC gratuit] [PubMed]
  • Soter NA. La morphologie de l’eczéma atopique. Allergie. 1989; 44 (Suppl 9): 16-19. [PubMed]
  • Baldwin CI, de Medeiros F, Denham DA. IgE réponses chez les chats infectés par Brugia pahangi. Parasite Immunol. 1993 May; 15 (5): 291-296. [PubMed]
  • Scott DW, Miller WH. Jr prise en charge médicale du prurit allergique chez le chat, en mettant l’accent sur l’atopie féline. J S Afr Vet Assoc. 1993 juin; 64 (2): 103-108. [PubMed]
  • Barch GK, Talbott MW. bronchoconstriction allergique et son inversion induite par le médicament dans des chats ovalbumine sensibilisés anesthésiés. Res Commun Chem Pathol Pharmacol. 1976 avril; 13 (4): 623-633. [PubMed]
  • Padrid P, Snook S, T Finucane, Shiue P, P Cozzi, Solway J, Leff AR. Persistent hyperréactivité des voies respiratoires et des altérations histologiques après la provocation chronique de l’antigène chez les chats. Am J Respir Crit Care Med. 1995 Jan; 151 (1): 184-193. [PubMed]
  • Rideout BA, Moore PF, Pedersen NC. Répartition des antigènes de classe II du CMH dans les tissus félines et le sang périphérique. Antigènes tissulaires. 1990 novembre; 36 (5): 221-227. [PubMed]
  • Hsu SM, Raine L, Fanger H. Une étude comparative de la méthode peroxydase-antiperoxydase et une méthode complexe avidine-biotine pour l’étude des hormones polypeptidiques avec des anticorps de radioimmunodosage. Am J Clin Pathol. 1981 May; 75 (5): 734-738. [PubMed]
  • Willett BJ, Hosie MJ, Dunsford TH, Neil JC, Jarrett O. L’infection productive des lymphocytes T auxiliaires avec le virus de l’immunodéficience féline est accompagnée par une expression réduite de CD4. SIDA. 1991 décembre; 5 (12): 1469-1475. [PubMed]
  • Karnovsky MJ. La base ultrastructurale de la perméabilité capillaire a étudié à la peroxydase en tant que marqueur. J Cell Biol. 1967 octobre; 35 (1): 213-236. [Article PMC gratuit] [PubMed]
  • Murphy GF, Bhan AK, Sato S, Mihm MC, Jr, Harrist TJ. Un nouveau marqueur immunologique pour les cellules de Langerhans humaines. N Engl J Med. 1981 26 mars; 304 (13): 791-792. [PubMed]
  • Murphy GF, Bhan AK, Sato S, Harrist TJ, Mihm MC. Jr Caractérisation des cellules de Langerhans par l’utilisation d’anticorps monoclonaux. Lab Invest. 1981 novembre; 45 (5): 465-468. [PubMed]
  • Fithian E, Kung P, Goldstein G, Rubenfeld M, Fenoglio C, Edelson R. Réactivité des cellules de Langerhans avec l’anticorps d’hybridome. Proc Natl Acad Sci U S A. 1981 avril; 78 (4): 2541-2544. [Article PMC gratuit] [PubMed]
  • Ringler DJ, Hancock WW, roi NW, Murphy GF. Caractérisation de l’épiderme primate non humain et les cellules dendritiques dermiques avec des anticorps monoclonaux. Une étude des cellules de Langerhans et des cellules indéterminées chez le singe rhésus. Lab Invest. 1987 Mar; 56 (3): 313-320. [PubMed]
  • Murphy GF, Bhan AK, Harrist TJ, Mihm MC. Jr Dans identification in situ des cellules T6-positives dans le derme humain normal par immunoélectromicroscopie. Br J Dermatol. 1983 avril; 108 (4): 423-431. [PubMed]
  • Murphy GF, Harrist TJ, Bhan AK, Mihm MC. Jr Distribution des antigènes de surface cellulaire dans les cellules histiocytose X. immunomicroscopie quantitative en utilisant des anticorps monoclonaux. Lab Invest. 1983 Jan; 48 (1): 90-97. [PubMed]
  • Bieber T, de la Salle H, Wollenberg A, Hakimi J, Chizzonite R, J Anneau, Hanau D, de cellules la Salle C. Human epidermal Langerhans expriment le récepteur de haute affinité pour les immunoglobulines E (Fc epsilon RI). J Exp Med. 1992 1 mai; 175 (5): 1285-1290. [Article PMC gratuit] [PubMed]
  • Wang B, Rieger A, Kilgus O, Ochiai K, Maurer D, F&# 246; dinger D, Kinet JP, cellules Stingl G. Langerhans épidermiques de la peau humaine normale lier monomère IgE via Fc epsilon RI. J Exp Med. 1992 1 mai; 175 (5): 1353 à 1365. [Article PMC gratuit] [PubMed]
  • van der Heijden FL, Joost van Neerven RJ, van Katwijk M, Bos JD, Kapsenberg ML. Sérum IgE facilitée présentation des allergènes dans l’atopie. J Immunol. 1993 15 avril; 150 (8 Pt 1): 3643-3650. [PubMed]
  • Tschachler E, Groh V, Popovic M, Mann DL, Konrad K, Safai B, Eron L, DiMarzo Veronese F, Wolff K, cellules Stingl G. Langerhans épidermiques – une cible pour l’infection HTLV-III / LAV. J Invest Dermatol. 1987 février; 88 (2): 233-237. [PubMed]
  • van Reijsen FC, Bruijnzeel-Koomen CA, Kalthoff FS, Maggi E, Romagnani S, Westland JK, Mudde GC. Les clones de cellules T cutanées dérivées spécifiques à des aéroallergènes phénotype Th2 chez les patients atteints de dermatite atopique. J Allergy Clin Immunol. 1992 août; 90 (2): 184-193. [PubMed]
  • Bruijnzeel PL, PH Kuijper, Kapp A, Warringa RA, Betz S, Bruijnzeel-Koomen CA. L’implication des éosinophiles dans la réaction de test de patch pour aéroallergènes dans la dermatite atopique: sa pertinence pour la pathogenèse de la dermatite atopique. Clin Exp Allergy. 1993 février; 23 (2): 97-109. [PubMed]
  • Harrist TJ, Muhlbauer JE, Murphy GF, Mihm MC, Jr, Bhan AK. T6 est supérieure à la (HLA-DR) en tant que marqueur pour des cellules de Langerhans et des cellules normales dans l’épiderme indéterminés: étude de l’anticorps monoclonal. J Invest Dermatol. 1983 février; 80 (2): 100-103. [PubMed]
  • Cumberbatch M, Gould SJ, Peters SW, Kimber I. CMH de classe II expression par des cellules et les cellules dendritiques des ganglions lymphatiques: les preuves possibles pour la maturation de Langerhans Langerhans les cellules après une sensibilisation de contact. Immunologie. 1991 novembre; 74 (3): 414-419. [Article PMC gratuit] [PubMed]
  • Enk AH, SI Katz. événements moléculaires précoces dans la phase d’induction de la sensibilité de contact. Proc Natl Acad Sci U S A. 1992 15 février; 89 (4): 1398-1402. [Article PMC gratuit] [PubMed]
  • Thepen T, Langeveld-Wildschut EG, Bihari IC, van Wichen DF, van Reijsen FC, Mudde GC, Bruijnzeel-Koomen CA. réponse biphasique contre aéroallergènes dans la dermatite atopique montrant un passage d’une réponse Th2 à une réponse initiale TH1 in situ: une étude immunocytochimique. J Allergy Clin Immunol. 1996 Mar; 97 (3): 828-837. [PubMed]
  • Werfel T, Morita A, Grewe M, Renz H, Wahn U, Krutmann J, Kapp A. Allergène spécificité des cellules T infiltrant la peau ne se limite pas à un modèle de cytokine de type 2 dans les lésions cutanées chroniques de la dermatite atopique. J Invest Dermatol. 1996 décembre; 107 (6): 871-876. [PubMed]
  • Bois GS, Warner NL, Warnke RA. Les anticorps anti-Leu-3 / T4 réagissent avec des cellules de monocytes / macrophages et Langerhans lignée. J Immunol. 1983 juillet; 131 (1): 212-216. [PubMed]
  • Meunier L, Gonzalez-Ramos A, Cooper KD. populations hétérogènes de CMH de classe II + cellules dans les suspensions de cellules dermiques humaines. Identification d’un sous-ensemble responsable de l’activité cellulaire puissante cutanée présentatrices d’antigène avec des caractéristiques analogues à celles des cellules de Langerhans. J Immunol. 1993 15 octobre; 151 (8): 4067-4080. [PubMed]
  • Tsagarakis C, T Marchal, Magnol JP, Fournel C, Dezutter-Dambuyant C, Schmitt D. Contribution de la cellule de Langerhans féline au modèle VIF. Res Virol. 1994 May-Aug; 145 (3-4): 245-249. [PubMed]
  • Kaplan G, Walsh G, Guido LS, Meyn P, Burkhardt RA, Abalos RM, Barker J, Frindt PA, Fajardo TT, Celona R, et al. Réponses nouveaux de la peau humaine à intradermique granulocytes / macrophage colony-stimulating facteur recombinant: le recrutement des cellules de Langerhans, la croissance des kératinocytes, et une meilleure cicatrisation des plaies. J Exp Med. 1 juin 1992; 175 (6): 1717-1728. [Article PMC gratuit] [PubMed]

Articles de The American Journal of Pathology sont offerts à titre gracieux de American Society for Investigative Pathology

RELATED POSTS

Laisser un commentaire